Normes nationales relatives au Programme volontaire de certification des troupeaux à l’égard de la tremblante
(juin 2017)

3. Règles générales

Les participants aux trois voies de certification doivent respecter les exigences qui suivent.

3.1

Tout propriétaire d’un lieu où des moutons ou des chèvres sont gardés doit avoir le droit de se prévaloir du programme de certification, à la condition que le propriétaire et le lieu satisfassent aux exigences du programme et que le propriétaire ne se soit pas fait retirer (annuler) le droit de participer au PVCTT.

3.2

Tous les moutons et toutes les chèvres d’un lieu doivent faire partie du troupeau inscrit au programme, peu importe qui est le propriétaire des animaux.

3.3

Les lieux multiples doivent être visés par la même entente de certification s’ils appartiennent au même propriétaire et sont contigus les uns des autres.

Les lieux multiples qui ne sont pas contigus les uns des autres doivent tout de même être inclus dans la même entente de certification si les petits ruminants sur les lieux respectent la définition de troupeau établi.

Les lieux multiples qui ne sont pas contigus peuvent être visés par différentes ententes de certification (c.-à-d. des troupeaux différents ayant des statuts distincts), si ces lieux ne sont pas considérés comme étant un troupeau établi (voir la définition), incluant aucun échange d’animaux, aucun contact direct ou indirect (utilisation partagée du pâturage, des installations, de l’équipement) des animaux.

3.4

Le propriétaire du troupeau doit retenir les services d’un vétérinaire accrédité (ou ayant une autorité équivalente) pour mettre en application le PVCTT. En apposant sa signature sur le formulaire de demande, le vétérinaire accrédité accepte de jouer le rôle que commande la mise en oeuvre du PVCTT dans le troupeau identifié.

3.5

Le propriétaire d’un troupeau doit signaler à son vétérinaire accrédité toute maladie (sauf les blessures) dont est atteint(e) un mouton ou une chèvre âgé(e) de plus de 12 mois qui dure plus de deux semaines. Le vétérinaire accrédité est alors chargé d’en surveiller l’issue et de signaler le cas à l’ACIA si la tremblante est incluse dans le diagnostic différentiel. Si l’ACIA détermine que l’animal est suspect à l’égard de la tremblante, les procédures du programme d’éradication de la tremblante de l’ACIA doivent alors être suivies. S’il s’avère que le troupeau est infecté par la tremblante ou qu’il en est une source, son statut de certification sera immédiatement suspendu. Le troupeau sera ensuite assujetti au programme d’éradication de la tremblante de l’ACIA régi par la Loi sur la santé des animaux et le Règlement sur la santé des animaux.

3.6

Tous les animaux âgés de 12 mois et plus doivent porter deux dispositifs d’identification distincts.

3.7

Les animaux âgés de moins de 12 mois doivent être identifiés de façon à ce que leur propriétaire soit en mesure de les retracer dans l’inventaire du troupeau. Ils doivent porter un dispositif d’identification distinct et approprié (en vertu des règlements applicables) lorsqu’ils changent de propriétaire ou sont transportés à l’extérieur de leur lieu d’élevage habituel (p. ex. exposition, centre d’insémination ou encan).

Sheep

Faits et informations concern ant la tremblante

LABRATORIES REMPLISSANT LES ESSAIS
D'OBEX POUR L'ÉTUDE DE PRÉVALENCE

Avant d’expédier tout échantillon, assurez-vous de bien lire toutes les informations concernant l’emballage et l’envoie d’échantillons.

PRAIRIE DIAGNOSTIC SERVICES Inc.

52 rue Campus
Saskatoon, SK, CANADA, S7N 5B4
Téléphone: 306-966-7316

ALBERTA AGRICULTURE AND RURAL DEPT.

Agri-Food Laboratories Branch
TSE Laboratory
6909 – 116e rue
Edmonton, AB Canada, T6H 4P2
Téléphone: 780-422-4830
Télécopieur : 780-415-4527

 

ANIMAL HEALTH LABRATORY

Laboratory Services,
(Université de Guelph)
Collège de médecine vétérinaire de l'Ontario
Édifice 49, C.P. 3612
Guelph, ON, Canada, N1H 6R8
Téléphone: 519-824-4120 X: 54544
Télécopieur: 519-821-8072

3.8

Les propriétaires doivent tenir des registres détaillés pour chaque mouton ou chèvre né(e) sur leur lieu ou y entrant, peu importe à qui appartient l’animal ou qui en est responsable. Ces registres doivent être conservés pour une période de cinq ans après le départ de l’animal du troupeau ou après son décès. Ils doivent être mis à la disposition du responsable de la mise en application du programme ou de l’inspecteur de l’ACIA à tout moment et être présentés lors de l’inventaire annuel.

Pour chaque animal faisant partie du troupeau, le registre doit contenir au moins les informations de base ci-dessous, qui doivent être présentées comme partie des rapports annuels :

  • les identifiants de l’animal;
  • sa date d’introduction dans le troupeau (jour, s’il est connu, mois et année);
  • son sexe;
  • sa source (né dans le troupeau, acheté ou prêté);
  • si l’animal n’est pas né dans le troupeau, le nom et l’adresse de la personne dont il a été acquis, ainsi que :
    1. le certificat de statut du troupeau d’origine dans le cas d’une femelle;
    2. le certificat de statut du troupeau d’origine dans le cas d’un mâle ou la documentation pour les béliers dont le génotype est 136AA 171RR ou 136AA 171QR, conformément au point 4.11 de la première voie de certification;
    3. une liste des mâles qui sont tenus à l’écart du troupeau, leur niveau de certification individuel et les documents à l’appui, conformément au point 4.11 de la première voie de certification;
  • si l’animal a quitté le troupeau, la date de son départ;
  • les raisons du départ de l’animal accompagnées de la documentation appropriée (facture de transport si l’animal a été déplacé, reçu s’il a été vendu, attestation de décès);
  • les registres pour les agneaux et les chevreaux abattus (de moins de 12 mois) peuvent être déclarés en groupes;
  • les rapports de test de la tremblante pour les animaux morts âgés de plus de 12 mois; et
  • les rapports de test de la tremblante pour tous les tests requis effectués sur des animaux vivants lorsqu’on a recours au protocole d’échantillonnage de rechange de la première voie de certification.

Informations additionnelles exigées pour la voie de certification 3 :

  • les identifiants du père et de la mère; et
  • les résultats de génotypage requis pour la voie de certification 3.

3.9

Le lait et le colostrum de brebis ou de chèvre, ou encore leurs produits dérivés, qui sont destinés à des moutons ou à des chèvres ne peuvent provenir que du même troupeau ou d’un troupeau de statut égal ou supérieur en vertu du PVCTT. L’utilisation de lait ou de colostrum de brebis ou de chèvre ou de leurs produits dérivés provenant d’un troupeau de statut inférieur en vertu du PVCTT ou d’un troupeau qui ne fait pas partie du programme entraînera un déclassement de statut pour le troupeau receveur. Le lait et le colostrum de brebis ou de chèvre, ou leurs produits dérivés, provenant d’un animal positif ou suspect à l’égard de la tremblante ou d’un animal génétiquement sensible et exposé à la maladie (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ, 136AV 171QR) ne doivent pas être utilisés. Le lait et le colostrum de vache et leurs produits dérivés peuvent être utilisés. Les normes de biosécurité appropriées doivent être respectées pour l’approvisionnement en lait et en colostrum, peu importe qu’il s’agisse de lait de vache ou d’une autre source.

L’inventaire des troupeaux

3.10

Il appartient au vétérinaire accrédité ou à une tierce partie oeuvrant sous la supervision d’un vétérinaire accrédité d’effectuer l’inventaire initial et annuel des troupeaux. L’inventaire doit identifier tous les moutons et toutes les chèvres du lieu. Au cours de l’inspection faite au moment de l’inventaire, il faut identifier individuellement (avec des étiquettes) tous les animaux du troupeau âgés de plus de 12 mois et le vétérinaire accrédité doit vérifier si ces derniers présentent des symptômes cliniques de la tremblante. Si le troupeau comporte un nombre extrêmement élevé d’animaux et que l’inventaire est fait électroniquement, tous les animaux âgés de plus de 12 mois doivent être identifiés individuellement et leur identifiant doit être vérifié physiquement au cours de l’année. Cependant, durant l’inspection annuelle de l’inventaire, il ne faut vérifier l’identifiant que d’un échantillon aléatoire représentatif d’animaux. Des tableaux d’échantillonnage sont disponibles sur demande. Si un inspecteur vétérinaire de l’ACIA effectue l’inspection du troupeau dans le cadre du programme de lutte contre la tremblante, cet examen peut remplacer en totalité ou en partie l’inspection annuelle exécutée par le vétérinaire accrédité.

Rapports annuels

3.11

Le rapport annuel présente les éléments suivants :

  • les données d’identification de chaque mouton ou chèvre se trouvant sur le lieu au moment de l’inventaire;
  • tous les dispositifs d’identification installés sur chaque mouton ou chèvre, notamment sur les jeunes nés dans l’année et sur tout animal ayant perdu les dispositifs qu’on lui avait installés;
  • tous les moutons et toutes les chèvres qui sont entrés sur le lieu ou les ont quittés depuis le dernier inventaire;
  • les déplacements des agneaux et des chevreaux abattus (de moins de 12 mois) peuvent être signalés en groupes;
  • le statut du troupeau d’origine des moutons et des chèvres qui sont entrés sur le lieu;
  • les génotypes de tous les béliers qui arrivent sur les lieux lorsque le génotypage est requis;
  • tous les mâles qui sont tenus à l’écart du troupeau et le niveau de certification pour chacun d’entre eux;
  • tous les décès;
  • la destination de tous les moutons et toutes les chèvres qui ont quitté les lieux, attestée par des actes de vente ou, si un sujet n’a pas été vendu, un document signé indiquant sa destination;*
  • les résultats d’analyses de laboratoire appropriés (génotypage ou test de dépistage de la tremblante); et
  • une lettre signée par le producteur pour documenter que la provenance du lait ou du colostrum de brebis ou de chèvre ou de leurs produits dérivés destinés à des moutons ou à des chèvres, après la dernière demande de surclassement provient du même du troupeau ou des troupeaux de statut supérieur ou égal en vertu du PVCTT.

Le rapport doit être soumis à l’évaluateur du statut au cours du trimestre anniversaire où le troupeau certifié a été inscrit. Le niveau de certification entre en vigueur le jour où le troupeau est admis au programme, et le trimestre anniversaire est celui dans lequel se situe cette date d’entrée les années suivantes (1er janvier au 31 mars, 1er avril au 30 juin, 1er juillet au 30 septembre, 1er octobre au 31 décembre).

*Les documents officiels élaborés dans le cadre de programmes provinciaux d’identification et de traçabilité seront acceptés comme documents justificatifs pour les animaux qui sont entrés ou sortis de l’exploitation.

Dans tous les cas, il incombe en fin de compte au propriétaire de clarifier toute question ou préoccupation susceptible d’être soulevée sur l’inventaire durant l’examen du rapport annuel par l’évaluateur de statut.

Test sur des animaux morts

3.12

Si aucun échantillon convenable d’animaux morts n’a été soumis à des fins d’analyse au cours d’une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié. Si un producteur inscrit à la première voie de certification a un petit troupeau, et que le fait d’abattre sans cruauté un animal à des fins d’analyse aurait une incidence importante sur ce troupeau, le producteur pourrait continuer d’avancer dans cette voie en ayant recours au protocole d’échantillonnage de rechange pour les animaux vivants décrit au point 4.5.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n’a été soumis à des fins d’analyse au cours d’une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d’élever un animal à des fins d’abattage et d’analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d’un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

3.13

La tête de l’animal peut être soumise directement par le producteur à un laboratoire provincial approuvé, ou le vétérinaire accrédité peut prélever des échantillons du cerveau qu’il soumettra à un laboratoire provincial approuvé ou à un bureau de district de l’ACIA d’où ils sont acheminés à un laboratoire de l’ACIA (dans le cadre du programme national de surveillance de la tremblante). Des échantillons du cerveau peuvent être prélevés par un technicien en santé animale ou par un autre vétérinaire sous la supervision du vétérinaire accrédité. Par contre, ce dernier demeure responsable du prélèvement et de la soumission des échantillons. Dans tous les cas, la tête (ou l’échantillon) devrait être réfrigéré(e) ou congelé(e) immédiatement.

Le propriétaire doit communiquer avec le laboratoire, ou le vétérinaire accrédité doit communiquer avec le bureau de district de l’ACIA avant d’envoyer la tête, laquelle doit porter les données d’identification de l’animal.

3.14

Si des animaux moribonds sont abattus sans cruauté à la ferme par une balle dans la tête, le laboratoire qui reçoit la tête de l’animal mort doit prélever un échantillon et soumettre le cerveau et un ganglion lymphatique de la tête (rétropharyngien, mandibulaire ou membrane nictitante) à des fins de tests de dépistage de la tremblante.

3.15

Si l’animal mort n’est pas trouvé immédiatement, ou si le vétérinaire accrédité ou le laboratoire ne peut intervenir dans les 36 heures suivant le décès, la tête de l’animal doit être congelée par le propriétaire et soumise comme spécimen congelé. La congélation rend possible l’analyse de tissus qui, autrement, seraient inutilisables pour les tests de diagnostic de la tremblante.

3.16

Les animaux âgés de plus de 12 mois soumis à une nécropsie de routine peuvent être considérés comme des animaux morts s’ils sont soumis à des analyses visant le dépistage de la tremblante.

3.17

Les spécimens doivent satisfaire aux exigences établies par le protocole de diagnostic approuvé par l’ACIA, qui garantit la fiabilité et l’exactitude des résultats. Si un spécimen reçu est inapproprié, le laboratoire l’ayant reçu doit en aviser l’évaluateur du statut et le vétérinaire accrédité responsable du troupeau. L’un ou l’autre de ces mandataires fera enquête. Si la négligence du producteur en est la cause ou si la situation est récurrente, on considère alors que les exigences du programme n’ont pas été remplies, et le statut du troupeau est suspendu.

3.18

Il suffira de soumettre à des analyses un maximum de cinq animaux provenant d’un groupe de sujets morts d’une cause identique tel que déterminé par un vétérinaire ou un pathologiste vétérinaire, au cours d’une même période épidémiologique (qui ne dépasse pas quatre semaines).

Exemption de l’obligation de soumettre des têtes

3.19

L’évaluateur du statut devrait soustraire d’emblée les cas suivants à l’obligation de présenter les têtes à moins qu’il ne soupçonne que les conditions énoncées n’aient pas été satisfaites ou que l’on abuse de l’exemption au détriment du programme de certification des troupeaux.

  1. Destruction de moutons par incendie
    1. Un certificat ou une lettre d’un agent compétent d’un service d’incendie doit accompagner le rapport annuel.
  2. Mise à mort et dépouillement de la tête d’un mouton par un prédateur
    1. Un certificat ou une lettre d’un agent compétent de protection de la faune ou de tout autre fonctionnaire responsable des enquêtes sur de tels incidents doit accompagner le rapport annuel.
  3. Vol
    1. Un rapport de l’agent de police qui a fait enquête sur le vol doit accompagner le rapport annuel.
  4. Perte ou destruction d’un échantillon qui n’est plus en possession du propriétaire (par exemple un vétérinaire ou un laboratoire accrédité). Les laboratoires reconnus devraient noter à la réception du spécimen que l’obex était absent et en indiquer la raison.
    1. Une lettre (rédigée par le responsable) donnant des précisions sur la perte du spécimen doit accompagner le rapport annuel.
  5. Toute autre événement qui échappe de façon raisonnable au contrôle du propriétaire et qui entraîne la destruction ou la disparition du corps (par exemple une inondation)
    1. Une lettre ou un rapport rédigé(e) par une tierce partie acceptable, qui décrit en détail la raison pour laquelle le spécimen n’a pu être présenté, doit accompagner le rapport annuel.

L’échantillonnage et les tests à des fins de génotypage

3.20

Des échantillons (p. ex. des échantillons de sang) peuvent être prélevés à des fins de génotypage par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT ou par une tierce partie supervisée par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT (p. ex. des étudiants en médecine vétérinaire ou des techniciens vétérinaires). Les moutons génotypés doivent porter des identifiants approuvés et le numéro d’identification officiel à 15 chiffres est fourni avec la soumission de l’échantillon.

3.21

Il faut déterminer le génotype des béliers reproducteurs AA en 136 et RR en 171 à deux reprises : soit en utilisant une généalogie prédictive parallèlement à des analyses dans un laboratoire approuvé par l’ACIA, soit en effectuant des analyses dans un laboratoire approuvé par l’ACIA ainsi que tout autre laboratoire. Les résultats du génotypage uniquement pour le codon 171 chez des animaux 171RR sont considérés comme acceptables, car on sait que le R ne se trouve jamais au site 171 lorsque le V est au site 136 (la présence d’un V au site 136 est liée à celle d’un Q au site 171).

Les résultats doivent concorder.
Sinon, il faut prélever un autre échantillon sur l’animal et l’envoyer au laboratoire de l’ACIA pour que l’on puisse en déterminer le génotype.

Le génotype des brebis reproductrices doit être déterminé en utilisant la généalogie prédictive ou les analyses de laboratoire.

Les échantillons prélevés sur les brebis peuvent être envoyés à n’importe quel laboratoire approuvé par l’ACIA.

Lorsqu’on procède au génotypage, on devrait envisager d’utiliser deux types de tissus différents (sang, follicule pileux ou frottis buccal), surtout si l’on cherche à confirmer le génotype des animaux 136AA 171QR, et ce, en raison du phénomène de chimérisme sanguin. Les analyses d’un échantillon de sang typique ont une valeur limitée dans les rares cas d’animaux chimériques.

Échange d’information

3.22

Tous les renseignements au sujet du troupeau, notamment les inventaires, les résultats de tests, les documents relatifs aux achats et aux ventes d’animaux ou d’embryons et les décès doivent être mis à la disposition du propriétaire, de l’ACIA, de l’évaluateur du statut, de l’administrateur régional et du vétérinaire accrédité. Le propriétaire doit aussi autoriser la publication du statut du troupeau dans le cadre du programme.

Haut de la page