Étude nationale sur le génotypage

Le 31 mars 2009, l’Étude nationale sur la génétique de la tremblante chez les moutons de race pure au Canada a pris fin après trois ans et demi de travail fructueux. Cette étude, également connue sous le nom d’Étude nationale sur le génotypage, était une initiative à laquelle participaient un certain nombre de groupes de l’industrie ovine canadienne, y compris la Fédération canadienne du mouton (FCM) et la Société canadienne des éleveurs de moutons (SCEM). L’industrie a versé une contribution en espèces de 82 186 $ au projet, ainsi qu’une contribution en nature de 107 782 $, c’est-à-dire que du temps et des ressources ont été alloués au projet par les représentants de l’industrie et les éleveurs. Le gouvernement a également financé le projet grâce au fonds du Programme pour l’avancement du secteur canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire (PASCAA) du ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. Au total, Agriculture et Agroalimentaire Canada a consacré 436 013 $ en espèce au projet.

L’Étude nationale sur le génotypage a été lancée au début de l’été 2005 en faisant parvenir des lettres d’invitation à plus de 900 éleveurs de moutons de race pure au pays pour les informer de la possibilité de participer au projet. Les éleveurs de moutons de race pure qui ont participé au projet ont pu soumettre leurs béliers et leurs brebis à des tests génétiques tout en profitant d’un prix réduit, grâce à une subvention accordée pour chaque animal testé.

canadian sheep and lamb

sheep and goats canada

À la mi-juillet de la même année, les cinq laboratoires participants du Canada recevaient les premiers échantillons de sang et d’ADN. Ces échantillons ont été soumis à des tests de dépistage des codons 136, 154 et 171, les gènes liés au risque que les moutons contractent la tremblante une fois exposés à la maladie. Grâce au test du génotype, il est possible de déterminer quels animaux sont génétiquement résistants à la tremblante et susceptibles de transmettre cette résistance à leurs agneaux, ce qui constitue des renseignements précieux pour les éleveurs.

Tout au long du projet, tous les résultats des tests ont été saisis dans une base de données nationale créée par le Nova Scotia Agricultural College (NSAC), à Truro, en Nouvelle-Écosse. Tremblante Canada a travaillé avec le NSAC à l’élaboration d’un programme connexe visant à interpréter les résultats des tests de génotype, ce qui permettait aux éleveurs de prendre des décisions éclairées en matière de reproduction. Cette base de données est accessible à l’adresse http://web3.nsac.ca/eng/research/gen/public/. Les résultats des tests de génotype effectués dans le cadre d’autres projets provinciaux de génotypage sont également accessibles dans la base de données.

Au total, environ 9 300 moutons canadiens de race pure ont subi les tests de génotype dans le cadre de L’Étude nationale sur le génotypage. En tenant compte des ensembles de données nationales et provinciales, au 31 mars 2009, le nombre total de moutons dont le génotype a été saisi dans la base de données du NSAC était de 18 966 moutons provenant de 496 fermes. Les données sont regroupées de la manière suivante :

  • Alberta : 5 245 moutons provenant de 71 fermes
  • Ontario : 4 302 moutons provenant de 116 fermes
  • Colombie-Britannique : 2 728 moutons provenant de 110 fermes
  • Nouvelle-Écosse : 2 529 moutons provenant de 44 fermes
  • Québec : 2 430 moutons provenant de 93 fermes
  • Saskatchewan : 864 moutons provenant de 30 fermes
  • Manitoba : 596 moutons provenant de 18 fermes
  • Nouveau-Brunswick : 166 moutons provenant de 9 fermes
  • Île-du-Prince-Édouard : 106 moutons provenant de 5 fermes

genotyping sheep and goats for scrapie

scrapie genotyping

Le nombre et le pourcentage de moutons canadiens par classe de résistance sont comme suit :

  • R1 = très résistants = 4 836 moutons (24 %)
  • R2 = résistants = 7 970 moutons (40 %)
  • R3 = peu résistants = 5 300 moutons (26 %)
  • R4 = sensibles = 1 027 moutons (5 %)
  • R5 = très sensibles = 975 moutons (5 %)

Des partenariats et des alliances avec l’industrie ont été développés et renforcés dans le cadre de L’Étude nationale sur le génotypage. La SCEM, la FCM et le NSAC ont travaillé en étroite collaboration tout au long du projet pour déterminer la meilleure façon d’analyser et de gérer les résultats des tests de génotype. L’industrie examine maintenant différentes options en ce qui a trait à la création d’une base de données nationale.

Grâce à ce projet, l’industrie ovine canadienne est plus familiarisée avec les tests génétiques et la tremblante, ce qui fait en sorte que les éleveurs de moutons en savent davantage sur la tremblante. Au cours du projet, 50 annonces ont été faites dans diverses publications nationales et provinciales afin de transmettre et de mettre à jour les renseignements sur la façon de reconnaître, de tester et de prévenir les cas de tremblante. Un site Web (www.scrapiecanada.ca) portant spécifiquement sur la tremblante a été lancé en anglais et en français; il fournit des renseignements sur la maladie ainsi que sur L’Étude nationale sur le génotypage.

Dans l’ensemble, les résultats de L’Étude nationale sur le génotypage ont eu et continueront d’avoir une incidence positive sur l’industrie canadienne du mouton. Le projet a permis d’accroître les connaissances sur la tremblante au sein de l’industrie, d’augmenter le nombre de moutons soumis à un test de génotype au Canada et de fournir à l’industrie de précieux renseignements pour la mise en place de programmes de reproduction permettant de réduire les risques d’infection à la tremblante. Toutes ces mesures constituent des étapes importantes vers l’éradication des EST au sein de l’industrie et permettent au Canada d’agir en conformité avec les initiatives internationales en matière de lutte contre la tremblante.


QU’EST-CE QUE LA TREMBLANTE?

La tremblante est une maladie mortelle qui s’attaque au système nerveux central des moutons et des chèvres. Il est de la famille des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). La cause précise de la tremblante ne fait pas encore l’unanimité, mais nous croyons que cette maladie est associée à une protéine prion anormale. Une fois qu’un animal a contracté la tremblante, les signes cliniques ne se manifestent généralement pas avant un an et demi et ne sont parfois observés qu’après huit ans. Il n’existe aucun remède ni aucun vaccin. En outre, il n’existe aucun test fiable permettant de détecter la tremblante chez des animaux vivants. Une fois que les signes cliniques sont observés, l’animal meurt généralement dans les deux mois suivants.

Parmi les signes de la maladie, on retrouve : une augmentation de l’agressivité ou de la nervosité, la désorientation, des grincements de dents, des morsures aux pattes, une augmentation du nombre d’égratignures et l’apparition de mouvements des membres postérieurs rappelant les « sauts de lapin ». La tremblante est transmise au moment de l’agnelage par l’entremise des tissus et des liquides placentaires des brebis infectées. Elle peut être transmise par la brebis à ses agneaux et aux autres moutons et chèvres qui ont accès à l’environnement de mise bas.


QU’EST-CE QUE LE GÉNOTYPAGE À L’ÉGARD DE LA TREMBLANTE

Des différences observées dans trois régions du gène du mouton lié au prion (codons 136, 154, 171) sont responsables de la susceptibilité du mouton à contracter la tremblante une fois qu’il y est exposé. Grâce au test du génotype, il est possible de déterminer quels animaux sont génétiquement résistants à la tremblante et susceptibles de transmettre cette résistance à leurs agneaux. Les tests de génotype peuvent être effectués sur des échantillons de sang ou d’ADN.

QU’EST-CE QUE L’ÉTUDE NATIONALE SUR LE GÉNOTYPAGE?

Ce projet de pointe propre au Canada a permis de créer la base de connaissances nécessaire pour accroître la résistance des troupeaux canadiens à la tremblante. Cette étude, qui consistait notamment à prélever des échantillons sur des brebis et des béliers, était, et demeure encore aujourd’hui, le programme de test le plus exhaustif au monde. Compte tenu du fait que dans le cadre de ce projet canadien les brebis étaient soumises à des tests, les éleveurs peuvent utiliser ces renseignements pour élaborer des programmes de reproduction qui tiennent compte de la qualité, du rendement et de la résistance à la tremblante chez leurs meilleurs animaux.

Tous les éleveurs de moutons de race pure au Canada, dont les moutons étaient enregistrés auprès de la Société canadienne d’enregistrement des animaux (SCEA), ont été invités à prendre part à cette initiative.

AVANTAGES DU GÉNOTYPAGE POUR L’INDUSTRIE DANS SON ENSEMBLE

D’autres pays, dont les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont des projets en place pour réduire le nombre de cas de tremblante et pour éventuellement éradiquer complètement la tremblante au sein de leurs troupeaux. Pour demeurer concurrentiel et conserver l’accès aux marchés, il est dans l’intérêt du Canada d’accroître la résistance à la tremblante afin que cette maladie ne devienne pas un obstacle au commerce à avenir.

Actuellement, au Canada, les troupeaux qui ont été exposés à la tremblante sont détruits. Pour un éleveur, cette situation est catastrophique, car elle représente beaucoup plus qu’une perte financière. De plus, il s’agit d’une question de bien-être animal et cela engendre des coûts pour le gouvernement en raison des programmes d’indemnisation.

En travaillant de façon proactive à accroître la résistance du cheptel canadien à la tremblante, il est possible de diminuer les répercussions néfastes de cette maladie.

Vous avez une question ou un commentaire à formuler?

Partenaires de Tremblante Canada

Agence canadienne d’inspection des aliments

inspection.gc.ca

Fédération Canadienne Nationale de la Chèvre

cangoats.ca

Agriculture et Agroalimentaire Canada

agr.gc.ca

La Société Canadienne des Éleveurs de Moutons

sheepbreeders.ca

Fédération canadienne du mouton

cansheep.ca